Sergio Rodrigues (1927-2014)

Mu par une volonté et une sensibilité similaires à celles de Joaquim Tenreiro, Sergio Rodrigues, né à Rio de Janeiro en 1927, participe à la modernisation du pays, tout en gardant une âme profondé- ment brésilienne. Tous deux sont considérés aujourd’hui comme les pères fondateurs du design moderne brésilien.
Rodrigues termine ses études d’architecture en 1952 et entame une collaboration avec le designer Carlo Hauner au sein de son entreprise Artesanal à Curitiba, dans le sud du Brésil. Peu de temps après Martin Eisler s’associe à l’aventure et ensemble ils créent la société Forma, à São Paulo, dont Sergio Rodrigues prendra la tête. Partenariat de courte durée puisqu’il quitte Forma à la suite de désaccords d’ordre esthétique l’année suivante. Résolument moderne, conforté dans cette voie par des artistes comme Lina Bo Bardi et Gregori Warchavchik, Rodrigues dessine des meubles aux lignes généreuses, «corpulentes», qui incarnent, selon lui, l’esthé- tique brésilienne. C’est dans cet esprit qu’il ouvre, en 1955, la Galeria Oca à Rio de Janeiro, afin de répondre à la demande nais- sante de mobilier nouveau.

Afficher la biographie complète

Son idée était de produire des pièces de mobilier à l’identité typiquement brésilienne, que ce soit à travers le dessin, les matériaux ou la conception, basée sur des méthodes de fabrication artisanale. Il imagine cette première galerie non pas comme une simple boutique de meubles, mais comme un lieu permettant aux clients de se projeter dans un véritable ensemble mobilier moderne. Le fauteuil Mole que Rodrigues dessine en 1957 est emblématique de ce style moderne, apportant un maximum de confort, associé à une fabrication traditionnelle typiquement brésilienne rappelant le hamac. Cette esthétique, mal reçue au départ, lors de son exposition «Mobilier en tant qu’objet d’art » en 1958, finit par devenir la base du mouvement d’avant-garde des années 1960. Rodrigues reçoit le premier prix du Concours international du Meuble à Cantù en Italie en 1961 pour ce fauteuil. Parallèlement, Rodrigues est sollicité en 1957 par Oscar Niemeyer pour réaliser un ensemble mobilier pour le palais présidentiel de Brasília. Il devient ensuite responsable de l’aménagement des bâtiments de la nouvelle capitale. Toujours pour Niemeyer, il participe à l’aménagement du siège de la maison d’éditions Bloch à Rio de Janeiro, en 1966, aux côtés notamment de Joaquim Tenreiro. Très prolifique, Sergio Rodrigues quitte Oca après treize ans d’activité, pour se consacrer à l’architecture, tout en continuant à concevoir des pièces de mobilier.

En 1975 l’institut brésilien des architectes le récompense pour la création du fauteuil Kilin ainsi que pour l’ensemble de son œuvre. Reconnu comme l’un des plus importants designers et architectes brésiliens, il reçoit en 1988 le Silver Pencil Award de la Biennale d’Architecture à Buenos Aires. Une importante rétrospective lui est consacrée en 1991 au musée d’art moderne de Rio de Janeiro: Talking of Chairs.

Œuvres

En nous envoyant votre email, vous acceptez que les informations soient utilisées en accord avec notre politique de protection des données.

© Galerie Chastel-Maréchal, 2020