Joaquim Tenreiro (1906 – 1992)

Né au Portugal dans une famille d’artisans, Joaquim Tenreiro s’installe au Brésil en 1928, où il commence des études de design au Portuguese Literary Lyceum à Rio puis au Lyceum of Arts and Crafts. Au cours de son apprentissage, bien que très intéressé par la peinture, il s’oriente finalement vers l’ébénisterie et commence, parallèlement, à travailler pour des magasins de décoration d’intérieur, dont Laubisch and Hirth (de 1933 à 1936 et de 1942 à 1943) et Leandro Martins (de 1936 à 1940).

Afficher la biographie complète

Né au Portugal dans une famille d’artisans, Joaquim Tenreiro s’installe au Brésil en 1928, où il commence des études de design au Portuguese Literary Lyceum à Rio puis au Lyceum of Arts and Crafts. Au cours de son apprentissage, bien que très intéressé par la peinture, il s’oriente finalement vers l’ébénisterie et commence, parallèlement, à travailler pour des magasins de décoration d’intérieur, dont Laubisch and Hirth (de 1933 à 1936 et de 1942 à 1943) et Leandro Martins (de 1936 à 1940). Il réalise pour ces compagnies du mobilier de style, en vogue à l’époque au Brésil, mais ne s’en satisfait pas et ressent un profond besoin de changement. Son intérêt pour des lignes plus modernes se précise quand, en 1941, Oscar Niemeyer fait appel au jeune designer pour décorer l’intérieur de Francisco Inacio Peixoto à Cataguases dans le Minas Gerais. Fondateur du journal culturel Verde, cet homme cultivé est l’un des premiers à solliciter Oscar Niemeyer pour investir cette région du Brésil. De ce projet nait un certain nombre de pièces résolument modernes, aux lignes fluides, combinant des matériaux comme le verre et le bois, donnant un sentiment d’espace et de légèreté, certaines rappelant les dessins de Le Corbusier. Une pièce se démarque, le fauteuil Leve. Tenreiro dira lui même que son travail de designer ne commença réellement qu’en 1942, lorsqu’il réussit à réaliser cette pièce.
Après cette première aventure moderne, Niemeyer sollicitera ensuite régulièrement Tenreiro pour meubler ses constructions, publiques ou privées. Tenreiro ouvre en 1943 son propre atelier, Langenbach & Tenreiro à Rio de Janeiro puis une première boutique en 1947.

Il réalise à cette époque les pièces qui deviendront par la suite des pièces iconiques du design moderne brésilien, telles que la chaise Estrutural (1947), l’emblématique chaise tripode (1947) ou encore le rocking chair (1948). Le designer se fait alors connaître non seulement par la modernité de ses pièces, leur raffinement et leur sobriété, mais également par leur grande qualité d’exécution. Sa formation d’ébéniste et ses connaissances du travail du bois lui permettent d’utiliser des techniques pointues, telles que le cintrage du bois, en référence à Thonet. Celle-ci lui permet de réaliser des pièces aux lignes fluides et légères, en accord avec les nouveaux modes de vie développés, entre autres, par l’architecture moderne d’Oscar Niemeyer. Fort de son succès, Tenreiro ouvre en 1953 un magasin à Sao Paulo puis en 1962 il inaugure son second magasin de Rio.

L’aventure Brasilia commence en 1956 et Oscar Niemeyer, en charge du projet, fait appel à Joaquim Tenreiro pour l’aménagement de la salle des banquets du palais Itamaraty, le ministère des relations extérieures. Parallèlement, l’architecte sollicite également Tenreiro pour l’aménagement complet du siège de la maison d’éditions Bloch à Rio de Janeiro en 1966.
Tenreiro ferme la compagnie en 1968 et se consacre alors à la sculpture et à la peinture, qu’il intègre dans des projets architecturaux importants. Il participe à de nombreuses expositions et salons, remporte des prix prestigieux tels que le Golden Dolphin Prize en 1977 ou le prix du meilleur sculpteur en 1978. Tenreiro décède en 1992 ; deux jours plus tard, le Journal do Brasil publie un article en sa mémoire et rappelle qu’il a « aidé le Brésil à se sentir chez lui ».

 

© Galerie Chastel-Maréchal, 2018