Alexandre Noll (1890 – 1970)

Né de parents alsaciens, Alexandre Noll ne s’oriente véritablement vers l’art qu’à partir des années 1920. C’est pendant la Première Guerre mondiale qu’il réalise de nombreux croquis, à l’aquarelle, mais surtout des gravures sur bois. La paix revenue, Noll décide d’approfondir cette technique, qui laissera progressivement place à la sculpture, en commençant par des manches d’ombrelles, puis des pieds de lampes commandés par le couturier Paul Poiret.
En 1925, à l’occasion de l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes, Noll expose une série d’objets sculptés, puis en 1927, commence à exposer à la Crémaillère, galerie découvreuse de nouveaux talents.

Afficher la biographie complète

Né de parents alsaciens, Alexandre Noll ne s’oriente véritablement vers l’art qu’à partir des années 1920. C’est pendant la Première Guerre mondiale qu’il réalise de nombreux croquis, à l’aquarelle, mais surtout des gravures sur bois. La paix revenue, Noll décide d’approfondir cette technique, qui laissera progressivement place à la sculpture, en commençant par des manches d’ombrelles, puis des pieds de lampes commandés par le couturier Paul Poiret.
En 1925, à l’occasion de l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes, Noll expose une série d’objets sculptés, puis en 1927, commence à exposer à la Crémaillère, galerie découvreuse de nouveaux talents.
Mais c’est à partir de 1935 qu’Alexandre Noll commence à réaliser ses « meubles sculptures » taillés à même le bois, qu’il préfère uni, comme le sycomore, l’acajou, le teck, et surtout l’ébène. Il participe discrètement à l’Exposition internationale des Arts et Techniques de 1937, mais révèle pour la première fois quelques petites pièces en bois sculpté au Salon des Artistes Décorateurs de 1939, puis à la VIIe Triennale de Milan en 1940. La période de la Seconde Guerre mondiale permet à Noll d’imaginer des meubles et des sculptures et de forger son style. Au sortir de la guerre, dans un contexte de reconstruction et de production de masse, Alexandre Noll produit des pièces de mobilier en bois, pures, authentiques, uniques. C’est à ce moment-là, dans les années 1950, que Noll choisira de s’orienter vers la sculpture, comme une évolution naturelle.
Alexandre Noll participe ensuite à de nombreuses expositions en France : « De la Sculpture de Rodin à nos jours », « Aux Arts de la table » au Pavillon de Marsan (avec une importante participation au stand de Jacques Adnet) et à l’étranger : Munich, Madrid, Vienne, Londres, Varèse…

Alexandre Noll ne travaillera que le bois ; sa démarche et sa technique resteront toujours liées à la nature, à la pureté des formes, dans une démarche à la fois poétique, intuitive et philosophique.

Œuvres

© Galerie Chastel-Maréchal, 2017